Enjeux

Nouvelles

La violence à l’égard des femmes : il faut que ça cesse

Partout dans le monde, les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont femmes. L’année 2019 s’est avérée particulièrement meurtrière pour les femmes au Canada : selon l’Observatoire canadien du fémicide pour la justice et la responsabilisation, du 1er janvier au 30 juin, 60 femmes et filles ont été tuées[1]. Les 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes, qui se terminent le 10 décembre, représentent une occasion d’aborder des questions difficiles, mais nécessaires.

« Au Canada, une femme est victime de féminicide tous les 3 jours, c’est-à-dire de meurtre de femme ou de fille en raison de sa condition féminine. Nous devons collectivement chercher des solutions pour contrer les multiples violences dont sont victimes les femmes et responsabiliser les hommes et les garçons à un jeune âge. En outre, la société et les dirigeant.e.s politiques doivent croire les femmes et mieux les appuyer pendant leur parcours de guérison. Une prise de conscience collective et des actions concrètes doivent se produire pour contrer ce fléau désolant, » a affirmé Maggy Razafimbahiny, directrice générale par intérim d’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes.

Le 6 décembre est particulièrement marquant dans la conscience collective, car il s’agit du 30e jour de commémoration de la tuerie de Polytechnique, où 14 femmes ont été tuées dans un acte antiféministe.

« Trente ans après cet acte inimaginable, des femmes meurent encore aux mains d’hommes. Agissons dès maintenant pour prévenir ces violences, » a conclu Mme Razafimbahiny.

Pour réussir à renverser les tendances, nous croyons qu’il faut en premier lieu s’attaquer aux mentalités persistantes. C’est justement la genèse de notre campagne de sensibilisation à la violence conjugale, Voisin-es, ami-es et familles, et notre campagne de sensibilisation à la violence à caractère sexuel, Traçons-les-limites.

[1] https://www.femicideincanada.ca/sites/default/files/inline-files/FR_CFOJA_2019%20MID-YEAR%20REPORT_INFOGRAPHIC_V4.pdf

• Geneviève Bergeron, 21 ans
• Hélène Colgan, 23 ans
• Nathalie Croteau, 23 ans
• Barbara Daigneault, 22 ans
• Anne-Marie Edward, 21 ans
• Maud Haviernick, 29 ans
• Barbara Klucznik-Widajewicz, 31 ans
• Maryse Laganière, 25 ans
• Maryse Leclair, 23 ans
• Anne-Marie Lemay, 22 ans
• Sonia Pelletier, 28 ans
• Michèle Richard, 21 ans
• Annie St-Arneault, 23 ans
• Annie Turcotte, 20 ans

RETOUR AUX PRISES DE POSITION