Tous les 6 jours.

 

OTTAWA, le 5 décembre 2016 – Demain aura lieu la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, qui souligne l’anniversaire tragique du meurtre en 1989 de 14 étudiantes de Polytechnique à Montréal. Elles avaient été tuées parce qu’elles étaient des femmes, par un homme qui méprisait les femmes.

« Ces 14 femmes sont devenues le symbole de la violence faite aux femmes au Canada. Elles sont le visage de toutes ces femmes anonymes tuées par la violence sexiste. La violence faite aux femmes est un problème de société qui demande une réponse et une prise de conscience collectives  », a affirmé Julie Béchard, présidente d’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF).

Partout dans le monde, des femmes subissent de la violence parce qu’elles sont femmes. Au Canada, une femme meurt par la main de son conjoint tous les 6 jours, et elles représentent 95% des décès dans les cas d’homicides par conjoints[1].

« Vingt-sept ans plus tard, les femmes meurent encore aux mains des hommes. Cette commémoration ne s’arrête pas à la fin de la vigile. Tous les jours, tous les ans, les Canadiennes et les Canadiens sont appelés à agir parce que la discrimination, la misogynie et la violence faite aux femmes continuent de créer un climat de peur qui empêche de nombreuses femmes et filles de réaliser leur plein potentiel », a affirmé Maïra Martin, directrice générale d’AOcVF.

La violence sexiste est bien réelle, mais est aussi banalisée. La violence conjugale, le harcèlement sexuel au travail, les blagues sexistes ou même les agressions sexuelles sont minimisés, tournés en dérision, quand on ne blâme pas la victime directement. C’est pourquoi les campagnes d’informations et de sensibilisation telles que Traçons-les-limites ou Voisin-es, ami-es et familles sont cruciales pour changer les mentalités.

Il est temps d’éliminer cette violence ainsi que le sexisme qui l’accompagne.

-30-

[1] Direction générale de la condition féminine de l’Ontario, http://www.women.gov.on.ca/owd/french/ending-violence/domestic_violence.shtml